6 conseils pour faire un potager en permaculture

Permaculture potager

Vous entendez souvent parler de la permaculture et vous souhaitez vous lancer, mais vous ne savez pas trop comment vous y prendre. Il s’agit d’une méthode de culture bien différente de ce que nous avons l’habitude de rencontrer. Découvrez alors de quoi il s’agit vraiment ainsi que quelques conseils pour créer votre jardin potager en permaculture.

Définition de la permaculture

La permaculture est la contraction de deux mots : agriculture et permanente. Ainsi, il s’agit d’une méthode de culture permanente qui consiste à créer un écosystème harmonieux, durable, à la fois productif et décoratif, mais également respectueux de l’environnement.

Permaculture potager
La permaculture permet de récolter tout au long de l’année

Globalement, la permaculture se base sur 3 principes qui visent à prendre soin de la terre (écologique), à prendre soin des hommes (cadre de vie agréable grâce à l’aspect décoratif des plantes) et à produire des récoltes de manière juste sans surconsommation. Le but est donc de travailler avec la nature, mais pas de la surexploiter.

Conseil 1 : Analyser le sol pour planter le potager

Avant de choisir l’emplacement exact de votre futur jardin potager, vous devez avant tout vérifier l’état du sol afin de vous assurer que vous pourrez y faire pousser des plantes. Cette étape est importante dans la mesure où vous devrez doser les fertilisants naturels que vous allez verser sur votre sol.

Pour faire l’évaluation de votre sol, voici quelques astuces pratiques. Premièrement, examinez la couleur du sol. Une coloration foncée indique un sol riche en nutriments pour les plantes. Par contre, une teinte claire nécessite beaucoup plus d’apport en fertilisants.

Deuxièmement, un sol où de nombreuses plantes (même inutiles) poussent est bon signe. Il doit être fertile. Troisième petite astuce : prenez une poignée de terre humide et pressez le tas comme si vous souhaitiez obtenir une boule. Si vous y parvenez, le sol est bon, car riche en argile. Si l’amas se désolidarise, il n’est pas assez fertile.

Conseil 2 : Choisir un emplacement favorable à la croissance des plantes

Une fois que vous avez déterminé le type de sol de votre cour, il est nécessaire de trouver l’emplacement favorable à votre jardin potager. Pour cela, vous devez observer l’environnement et trouver un endroit qui présente un ensoleillement, un ombrage et un couloir venteux optimaux pour que les plantes puissent se développer normalement.

Cette observation peut se faire sur une longue période si vous ne connaissez pas très bien ces paramètres. Elle peut s’étaler sur une année pour définir l’emplacement du soleil et le sens du vent en hiver et en été.

Une fois que vous aurez pris en compte tous ces facteurs, vous pouvez commencer à établir la configuration de votre futur potager en permaculture.

Conseil 3 : Préparer le sol et l’environnement

Quel que soit l’état du sol, vous devez y apporter quelques aménagements afin qu’il soit en parfaites conditions pour faire pousser vos plantes. Aérez le sol en retournant la terre de préférence avec de petites fourches, mais pas avec une bêche (pour être moins « agressif » envers la terre).

Les fertilisants naturels que vous utilisez sont tout ce qui provient des végétaux comme la paille, la tonte de gazon ou du compost. Vous pouvez également épandre du fumier provenant d’un élevage bio afin de respecter le principe de la permaculture.

Aménagez convenablement votre jardin potager en ayant en tête le côté décoratif de l’ensemble. Étalez-le selon une organisation particulière pour offrir une harmonie visuelle qui va mettre en valeur votre extérieur.

Conseil 4 : Bien choisir les graines à semer

Il n’est pas rare que vous souhaitiez tout semer dans votre jardin potager. Il est, en effet, conseillé de varier les semis et les plants bio (disponibles chez des maraîchers bio) pour obtenir une diversité aromatique, gustative et visuelle, mais il sera difficile d’inclure tous les fruits et légumes existants.

Permaculture potager
Choisir les bonnes graines à planter

Le plus judicieux est d’opter pour des arbustes fruitiers que vous taillerez régulièrement pour ne pas devenir de véritables arbres, des herbes aromatiques, et les légumes que vous préférez ou qui sont relativement coûteux dans votre région.

Avant de planter ou semer, prenez en compte les préférences de chaque plante (aération, ensoleillement…) pour que chacune puisse s’épanouir à sa guise.

Conseil 5 : Installer le système d’arrosage

Il est nécessaire de penser au système d’irrigation de votre jardin potager en permaculture si vous ne souhaitez pas que vos plantes meurent de soif. Cette étape est particulièrement conseillée aux personnes qui disposent de peu de temps pour prendre soin régulièrement de leur jardin.

Toutefois, il est préférable de se donner du temps pour leur donner de l’attention. Parler aux plantes serait bénéfique pour leur croissance et leur épanouissement.

Pour garder le sol humide le plus longtemps possible, recouvrez-le de paille. Si vous décidez d’installer un dispositif d’arrosage automatique (suspendu, mais pas enterré), réglez le jet d’eau à la plus faible intensité pour ne pas agresser les jeunes pousses.

Conseil 6 : Laisser les animaux se balader dans le jardin potager

Enfin, les pesticides et les insecticides sont prohibés en agriculture bio et en permaculture. Pour régler ce problème, laissez la nature agir et évitez de chasser les oiseaux qui se posent sur votre jardin potager. Ils chasseront automatiquement les nuisibles.

Certaines associations de plantes leur permettent également de se protéger mutuellement. C’est ce que l’on appelle « compagnonnage.

Enfin, vous pouvez même laisser les petits animaux sauvages faire refuge dans votre jardin potager. Vous les rendez service en leur offrant un abri et ils vous rendront la pareille en vous débarrassant des escargots et des insectes qui ravagent votre jardin.