L’industrie du fitness de 94 milliards de dollars se réinvente au fur et à mesure que le Covid-19 se répand

Pratiquantes de fitness en extérieur

Alors que le coronavirus continue de se propager, les salles de sport ferment leurs portes et s’adaptent à une nouvelle réalité. Ce changement soudain a inspiré la créativité et la flexibilité des salles de sport qui dépendent largement des lieux physiques et du personnel sur place et qui représentait 94 milliards de dollars en 2018.

Certaines chaînes comme Modo Yoga qui est implanté aux États-Unis, au Canada, en Australie et en France offrent des cours gratuits sur Instagram Live. D’autres salles ont fermé tous leurs locaux dans le monde entier dans l’espoir de les rouvrir lorsque les conditions s’amélioreront et que la courbe de contaminé diminuera.

Et comme les salles de sport et de fitness ferment toujours, les professeurs deviennent créatifs et multiplient les initiatives.

« J’entraîne toujours les clients qui vivent dans mon immeuble, bien que nous utilisions du Lysol et dans certains cas des gants en latex pour être sûrs» a déclaré Julie Verhage, professeur de fitness chez Equinox. Julie Verhage a également indiqué que des startups lui ont demandé de diriger des séances d’entraînement virtuelles « afin qu’elles puissent continuer à créer des liens au sein de l’équipe pendant que tout le monde travaille à distance ».

Cours vidéo

ClassPass, un service d’abonnement qui s’associe à des salles de fitness locales, a lancé des séances d’entraînement en direct : Plus de 500 clubs de sport ont ajouté à la plateforme des cours en direct et réservables tandis que 100 % des recettes leur sont directement reversées.

La société encourage également les utilisateurs à faire des dons directement à leurs salles préférées par l’intermédiaire de l’application ClassPass. La société en parallèle verse une somme équivalente à un million de dollars en dons.

Une bibliothèque de plus de 2 000 séances d’entraînement audio et vidéo préenregistrées est également disponible gratuitement – sans abonnement – sur le site web ClassPass.

« La pandémie mondiale de COVID-19 a présenté un défi sans précédent pour l’industrie de la santé et du bien-être », a déclaré le PDG de ClassPass Fritz Lanman dans un communiqué. « Près de 90 % de nos 30 000 partenaires que sont les salles de sport, de fitness et de bien-être dans 30 pays ont fermé leurs locaux pour une durée indéterminée ».

Jessica Goldman a ouvert le Dance Forever Studio à Chicago en 2005, mais elle a récemment fermé son studio en raison du coronavirus.

« À long terme, le coronavirus va faire du mal à l’industrie », a déclaré Mme Goldman, ajoutant que « dans une industrie déjà surpeuplée, le coronavirus va permettre de trier entre ceux qui arriveront à se renouveler de ceux qui échoueront ».

Tapis de course

Une perturbation qui va durer

Les petites salles sont durement touchées. Dans l’espoir de rouvrir après leur fermeture, des studios de yoga comme Sacred, situé à Brooklyn et à Manhattan font payer 10 dollars pour des cours virtuels. Mais certains de ces petits studios ne s’en remettront probablement pas, selon Nathan Forster, PDG de NEOU, une plateforme vidéo de fitness à la demande. « J’espère que beaucoup d’entre eux pourront revenir mais il y en aura certainement qui ne le feront pas » a-t-il déclaré.

De nombreux clubs créent des séances d’entraînement vidéo sur YouTube dans le but de divertir et de maintenir leur clientèle active. Le studio Orange Theory de l’HIIT, par exemple, partage chaque jour sur son site web un entraînement gratuit de 30 minutes.

Ce n’est pas une sinécure pour les salles de sport qui n’ont pas l’habitude d’être essentiellement numériques. Le club d’aviron de Boston The Row House propose une variété de cours gratuits en direct sur Facebook, mais vous ne pouvez participer aux cours que si vous avez un rameur à la maison.

Pour combler le manque à gagner, la société offre à ses membres 60 jours d’accès gratuit à du contenu à la demande pour d’autres clubs de fitness qui partagent la même maison mère, Xponential Fitness, y compris des cours de Pilates, de danse et de yoga.

Qui en bénéficie ?

Pendant ce temps, les entreprises de fitness virtuel et numérique profitent du changement d’industrie. MIRROR, un système interactif de remise en forme à domicile qui se coûte 1 495 dollars a vu ses ventes augmenter.

« Les ventes ont plus que doublé depuis l’avènement de Covid-19 », a déclaré le PDG de MIRROR, Brynn Jinnett Putnam. Elle a ajouté que l’équipe de MIRROR a « travaillé 24 heures sur 24 pour lancer notre produit numérique plus tôt que prévu ».

Mais tout n’est pas rose pour les marques de fitness principalement en ligne. MIRROR et Peloton ont tous deux des salles physiques. MIRROR a fermé ses trois showrooms – un à New York, un à Los Angeles et un à Stanford en Californie – et Peloton a fermé ses studios de New York et de Londres au public mais la société « continuera à produire du contenu en direct sans public » selon une déclaration du co-fondateur et PDG de Peloton, John Foley.

Pour les services de fitness en ligne uniquement, comme Obé, les affaires sont en plein essor. Le service donne aux membres un accès illimité à 14 cours en direct par jour et à plus de 4 000 cours à la demande. Il coûte 27 dollars par mois ou 199 dollars par an.

Les co-fondateurs Mark Mullett et Ashley Mills ont déclaré que les ventes sont en plein essor.

« Nous avons constaté une augmentation considérable du nombre d’adhérents à travers les États-Unis ces dernières semaines », a-t-il déclaré.

Avec un nombre croissant de parents et d’enfants restant à la maison, Obé a publié des contenus pour enfants en partenariat avec KidzBop.